lundi 25 mars 2019

"Après avoir vu Karnak le jour, à l’ardente lumière du soleil, il faut, si le temps est favorable, y retourner la nuit" (Jean Capart, Marcelle Werbrouck)

photo PxHere
"Lorsqu'on a (...) parcouru Karnak, il faut, vers la fin de la journée, escalader et attendre la tombée du soir. Le spectacle est saisissant : le soleil qui descend à l’horizon incendie le ciel et le Nil, et, tandis que la montagne thébaine se marbre de pourpre et de violet, l’ombre monte dans les ruines ; toute la
partie inférieure du temple est déjà noyée dans l'obscurité alors que le sommet des murs, les chapiteaux des grandes
colonnes reçoivent encore les rayons de l’astre qui décline. Et cependant l'impression n'est pas encore totale. Après avoir vu
Karnak le jour, à l’ardente lumière du soleil, il faut, si le temps est favorable, y retourner la nuit et contempler le monument au clair de lune. (...)
Par une nuit semblable, il faut pénétrer dans le grand temple d’Amon. L’impression est toute différente de celle que l’on éprouve pendant le jour. On croit que les ombres nocturnes grandissent les constructions et que celles-ci n'ont pas en réalité ces proportions colossales. Au bout d’un certain temps l’on s'aperçoit que ce n’est pas une illusion et qu’il fallait la lumière atténuée du clair de lune pour permettre de comprendre les dimensions réelles de l'édifice : c’est pendant le jour que l’on n’avait pu ni les saisir ni les mesurer d’une manière exacte. Il faut aller directement aux pieds des obélisques, se hisser sur la base du monolithe d’Hatshepsout et étendre les bras pour essayer de toucher en même temps les deux arêtes. On éprouve un véritable choc en s’apercevant
que la chose est impossible et que l’obélisque, de près de 30 mètres de haut, paraît plonger dans l’infini du ciel étoilé. L’émotion est indicible ; tandis qu’on parcourt le champ de ruines, l’obsession augmente et l’on s’en va en murmurant : "Quels étaient donc ces hommes qui construisaient de tels monuments ?" 



extrait de Thèbes, 1925, par Jean Capart (1877-1947), égyptologue belge) et Marcelle Werbrouck (1889-1959), égyptologue belge

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire