jeudi 9 mai 2019

Le Nil "a de tout temps imposé aux populations qui vivent sur ses rives le respect et la vénération" (Charles Palanque)

Le Nil - 1e cataracte - circa 1875 - auteur du cliché non mentionné
"L'Égypte est 'un don du fleuve', a dit Hérodote. Cette phrase très éloquente en sa brièveté caractérise toute la vallée du Nil. En effet, le Nil, artère vitale de l'Égypte, par ses crues périodiques, fertilise une région qu'il ravit au désert. C'est lui qui pare ses campagnes de plantes et de verdure, et qui a fait du territoire qu'il atteint un des pays les plus fertiles du monde.
En vain vante-t-on la bonté de son climat et l'excellence de son air, en vain les anciens en faisaient-ils la demeure des dieux. Ôtez-lui le Nil, et tous ces avantages disparaissant aussitôt, le pays ne sera plus qu'un désert semblable à la sablonneuse Libye qui l'entoure.
Le Nil est large, tranquille, majestueux ; il va, aimant les courbes, jetant un perpétuel défi à la ligne droite, se perdre dans des sinuosités, pour reparaître plus loin, bai
gnant les ruines du passé, les villes et villages modernes. Impérieux et calme, avec sa puissance mystérieuse de croître et de décroître, il a de tout temps imposé aux populations qui vivent sur ses rives le respect et la vénération. Plutarque raconte que rien, chez les Égyptiens, n'était aussi vénéré que le Nil, et les textes anciens nous apprennent qu'ils le considéraient comme un dieu, dont ils ne se lassaient jamais de vanter les bienfaits. 
La première question qui vient aussitôt à l'esprit est de savoir ce que les Égyptiens pensaient des sources de leur grand fleuve et ce qu'ils en savaient.
Cette question, qui a captivé les anciens et les modernes, ne semble pas les avoir préoccupés outre mesure. Leurs connaissances géographiques se bornaient à ce que leur apprenait la tradition religieuse, et cela leur suffisait ; rien ne nous apprend qu'ils aient cherché à approfondir ce grand problème. Hérodote constate leur ignorance : "Nul des Égyptiens ne m'a dit en rien savoir", dit-il avec étonnement. Et le seul renseignement qu'il finit par avoir est plutôt de source religieuse que géographique.
L'affirmation d'Hérodote est confirmée par les textes religieux parvenus jusqu'à nous. L'Hymne au Nil nous
fait savoir que le Nil est caché, que nul ne sait son nom, ni son origine, et qu'"il fait sa venue dans les ténèbres".
Au chapitre XV du Livre des morts, nous lisons qu'il est issu du soleil : "Tu maintiens l'existence des hommes par le fleuve issu de toi."
Or, le soleil, étant "le grand Illuminateur sorti du Noun" avait une origine commune avec le Nil. Et cela suffisait aux Égyptiens de savoir que leur fleuve nourricier venait du fleuve céleste sur lequel naviguait la barque du dieu Râ, et qui arrosait le ciel et la région infernale ou Douaït. (...)
Faisant abstraction de toute notion géographique, les anciens Égyptiens sont les seuls, parmi les peuples de l'antiquité, qui ne se soient pas préoccupés des sources de leur fleuve nourricier. Ce qu'ils croyaient, ils le tenaient de leurs aïeux, et la tradition s'en est conservée pendant toute l'antiquité classique, et même au delà, encore chez certains peuples. Il semble que, pour eux, chercher à approfondir ce grand mystère était une impiété et une hérésie. Leur Nil était un dieu, il venait du ciel, c'était le grand Illuminateur sorti du Noun, comme dit le Livre des Morts. Ils le vénéraient et voyaient en lui non seulement le père nourricier de leur pays, mais encore le père des dieux. C'était "le liquide saint, le Nil, père des dieux". 
Tout aussi bien que les sources, les anciens ont également méconnu la véritable cause de l'accroissement régulier et de la crue périodique du Nil. II n'y a presque aucun philosophe ou historien ancien qui n'ait exercé son imagination et son génie sur cette matière. Cette question était devenue une des plus importantes de l'antiquité. Le Nil, en effet, a toujours passé pour avoir quelque chose de divin et de sacré, soit à cause de l'heureuse influence de ses inondations sur la fertilité de l'Égypte, soit à cause de l'ignorance absolue de sa source et de son origine. (...)
Ce qui est certain, c'est que l'erreur de l'antiquité est due surtout à ce que l'on ne voyageait guère au delà des cataractes. (...) Bien rares étaient ceux qui se hasardaient au delà. Aussi le problème des sources du Nil était-il réputé jadis comme ne devant jamais être résolu ; essayer de les découvrir était tenter l'impossible. (...)
Ainsi donc, pas plus que les Égyptiens, les anciens n'ont connu les sources du Nil. Le problème, du reste, vient d'être à peine résolu. Nous savons qu'il vient des lacs de l'Afrique centrale. Chercher les sources du Nil était, dans l'antiquité, un proverbe qui signifiait l'impossible. De fait, pour résoudre cette prétendue impossibilité, il a fallu des milliers et des milliers d'années, et ce n'est que de nos jours que le plus grand et le plus mystérieux de tous les fleuves nous a livré le secret de son origine."



(extrait de Le Nil à l'époque pharaonique : son rôle et son culte en Égypte, 1903, par Charles Palanque (
1865 - 1909), membre de l'Institut français d'archéologie du Caire)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire