mercredi 8 mai 2019

"Tous les monuments (égyptiens) étaient des espèces de bibliothèques publiques" (Antoine-Chrysostome Quatremère de Quincy)

Karnak, par Schroeder, circa 1890
"S'il y a quelque chose de plus uniforme que les statues de l'Égypte, c'est sans contredit les monuments de son architecture.
L'uniformité de plan caractérise ses inventions. Jamais elle ne sortit de la ligne droite et du carré. Les Égyptiens, dit M. de Caylus, "ne nous ont laissé aucun monument public dont l'élévation ait été circulaire".
L'uniformité d'élévation est plus frappante encore. Presque point de division de parties et nulle division systématique, nul contraste, nul effet. Faire plus haut, faire plus solide qu'on n'avait encore fait, était ou devait être le seul point d'émulation permis aux artistes.
L'uniformité de décoration fut (...) le résultat presque nécessaire des institutions et des usages du pays.
Là, en effet, les édifices ne pouvaient point être laissés au caprice des décorateurs. Destinés à recevoir sur toutes leurs surfaces des inscriptions en caractères symboliques, il faut les regarder comme de grands livres toujours ouverts à l'instruction publique ; ils ne pouvaient donc être ni trop simples, ni trop lisses, ni offrir trop de pages au développement d'une écriture par signes figuratifs, qui pouvait s'emparer des moindres espaces.
Tous les monuments étaient des espèces de bibliothèques publiques, leurs ornements étaient des légendes. Quand de tels usages donnent la loi à l'architecture, il faut bien se garder de croire que les architectes puissent composer des édifices pour le plaisir des yeux, ou selon les intérêts de leur amour propre.
Cela contribue encore à nous expliquer pourquoi les édifices de l'Égypte furent doués de cette exorbitante solidité et dont on a peine à se rendre raison.
Cette propriété qu'ils avaient d'être dans le sens le plus littéral, les annales publiques du peuple ; cette fonction d'historien, que la religion et le gouvernement leur imposaient ; cette faculté instructive dont ils étaient investis, faisaient sans doute un devoir sacré de rendre éternels des monuments qui étaient sans aucune métaphore les dépositaires des rites, des dogmes, des exploits, de la gloire ; enfin de l'histoire philosophique ou politique de la nation."


(extrait de De l'architecture égyptienne, considérée dans son origine, ses principes et son goût, et comparée sous les mêmes rapports à l'architecture grecque, 1803, par Antoine-Chrysostome Quatremère de Quincy, 1755 - 1849, architecte, archéologue, philosophe, critique d'art et homme politique français)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire