mercredi 17 juillet 2019

Deir el-Medineh : "Un des plus jolis exemples de l'architecture égyptienne sous les Ptolémées" (Georges Bénédite)

photo Marie Grillot

"Derrière la colline de Qournet el-Mourrayi et 10 m. au S.0. de Cheikh Abd el-Qournah, une petite vallée pittoresque abrite le temple connu sous le nom de Deir el-Médinèh, l'un des plus intéressants de la rive g., quoique fort petit et d'époque ptolémaïque, par son caractère artistique (c'est un des plus jolis exemples de l'architecture égyptienne sous les Ptolémées) et surtout parce qu'il est l'unique exemple d'un temple ayant conservé à peu près intégralement toutes ses dépendances, c'est-à-dire son mur d'enceinte et ses magasins. Cet état de conservation, il le doit à la circonstance que, parfaitement adapté aux besoins des moines chrétiens, il fut employé tel quel par eux comme habitation (d'où son nom de Deir el-Médinéh, “le couvent de la ville”) sans avoir eu à souffrir d'autres dommages que la mutilation inévitable de quelques bas-reliefs. Fondé par Ptolémée Philopator et consacré aux déesses de la nécropole, Hâthor et Mâit, il a été continué sous Philométor et Evergète II ; sa décoration, reprise sous Néos Dionysios, est restée néanmoins inachevée.
Franchissant un portail en grès gravé aux cartouches de Néos Dionysios (scènes d'adoration à plusieurs divinitės), on pénètre dans une cour mesurant 48 m. sur 50 m. s'adossant presque à montagne et dont le mur d'enceinte est formé d'assises en briques crues légèrement infléchies, selon le procédé courant des Égyptiens. À dr., restes d'anciennes chambres faisant partie des communs de l'édifice ; à g., une petite porte de sortie.
Le temple, qui n'est pas exactement au milieu de la cour, est un petit édifice en grès de 15 m. de profond sur 9 m. de large, comprenant une petite salle hypostyle, un vestibule et trois petites chapelles.
La façade nue mais couverte d'inscriptions grecques et coptes a son portail dans l'axe du portail d'enceinte ; les cartouches des scènes d'adoration y sont mutilés. (...)
Toute la colline de Deir el-Médinèh est occupée par des tombeaux d’époques diverses et de conservation très inégale.”
(extrait du Guide Joanne, 1900)

“Ce site, par le témoignage unique de l’Égypte du Nouvel Empire qu’il représente (maison des ouvriers, textes documentaires ou littéraires, dessins, céramiques et mobilier divers) permet aux archéologues et aux égyptologues de rendre compte, non seulement de la vie quotidienne, mais aussi de la littérature, de l’art, de l’administration et de l’architecture qui avaient cours à cette période. (...)
Après de multiples expéditions et fouilles ponctuelles menées à Deir al-Medina à partir du début du XIXᵉ siècle par des intervenants de différentes nationalités (...), la concession du site est définitivement attribuée à l’Ifao en 1917. Si le potentiel archéologique du site n’était, dès cette époque, plus à démontrer, ce sont pourtant les travaux entrepris par l’Ifao à partir de 1922, sous l’égide de B. Bruyère, qui vont donner à Deir al-Medina ses lettres de noblesse. Pendant près de trente ans, l’archéologue dégage systématiquement toutes les zones qui étaient restées ensevelies sous le sable millénaire.” (source : IFAO)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire