vendredi 20 décembre 2019

"C'est la somptuosité des Égyptiens qu'il faut voir à Karnak" (Dominique Vivant Denon)

illustration extraite de la Description de l'Égypte

"Enfin nous arrivâmes à Karnak , village bâti dans une petite partie de l'emplacement d'un seul temple, qui, comme on l'a dit, a effectivement de tour une demi-heure de marche : Hérodote, qui ne l'avait pas vu, a donné une juste idée de sa grandeur et de sa magnificence ; Diodore et Strabon qui n'en virent que les ruines, semblent avoir donné la description de son état actuel ; tous les voyageurs, qui tout naturellement ont dû paraître les copier, ont pris l'étendue des masses pour la mesure de la beauté, et, se laissant plutôt surprendre que charmer, en voyant la plus grande de toutes les ruines, n'ont pas osé leur préférer le temple d'Apollinopolis à Etfu, celui de Tintyra, et le seul portique d'Esnê ; il faut peut-être renvoyer les temples de Karnak et de Luxor au temps de Sésostris, où la fortune venait d'enfanter les arts en Égypte, et peut-être les montrait au monde pour la première fois.
L'orgueil d'élever des colosses fut la première pensée de l'opulence : on ne savait point encore que la perfection dans les arts donne à leurs productions une grandeur indépendante de la proportion ; que la petite rotonde de Vicence est un plus bel édifice que S-Pierre de Rome ; que l'École de chirurgie de Paris est aussi grandiose que le Panthéon de la même ville ; qu'un camée peut être préférable à une statue colossale. C'est donc la somptuosité des Égyptiens qu'il faut voir à Karnak, où sont entassées non seulement des carrières, mais des montagnes façonnées avec des proportions massives, une exécution molle dans le trait, et grossière dans l'appareil, des bas-reliefs barbares, des hiéroglyphes sans goût et sans couleurs dans la manière dont la sculpture en est fouillée. Il n'y a de sublime pour la dimension et la perfection du travail que les obélisques, et quelques parements des portes extérieures, qui sont d'une pureté vraiment admirable ; si les Égyptiens dans le reste de cet édifice nous paraissent des géants, dans cette dernière production ce sont des génies : aussi suisje persuadé que ces sublimes embellissements ont été postérieurement ajoutés à
ces colossals monuments. On ne peut nier que le plan du temple de Karnak ne soit noble et grand ; mais l'art des beaux plans a toujours devancé en architecture celui de la belle exécution des détails, et lui a toujours survécu plusieurs siècles après sa corruption, comme l'attestent à la fois les monuments de Thèbes comparés à ceux d'Esnê et de Tintyra, et les édifices du règne de Dioclétien comparés à ceux du temps d'Auguste. 


extrait de Voyage dans la basse et la haute Égypte, pendant les campagnes du Général Bonaparte, 1802, par Dominique Vivant Denon (1747-1825), graveur, écrivain, diplomate français

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire