lundi 9 décembre 2019

"Les ruines célèbres de Karnak, sous la magie de la pleine lune, dans la solennité de la nuit", par Albert Denis

Moonlight at Karnak, by Robert George Talbot Kelly
 "C'est maintenant la nuit qui va tomber brusquement. Le propylône ptolémaïque, devant lequel nous nous retrouvons, voit son profil flamboyer sous l’ardeur du couchant. Nous reprenons, en sens inverse, l’Avenue des Sphinx dont les regards posent, dans mon regard, leur énigme émouvante et millénaire. La brise du soir, qui s’élève du Nil, met un peu de fraîcheur sur mon front alourdi et fiévreux...
J'ai voulu revoir les ruines célèbres, sous la magie de la pleine lune, dans la solennité de la nuit. Monté sur la terrasse du temple de Thoutmôsis III qui permet de plonger le regard sur la cour divine, voici que les obélisques dont la cime "perce le ciel", et dont le revêtement d’électrum a disparu, apparaissent étincelants comme des colonnes d’argent pur.

La fête nocturne commence. Féerie de la lumière ! Les seize statues de Cyrus sourient mystérieusement, ou semblent plongées dans l’extase ineffable. Au fond de la cour, qui s’étend plus vaste que jamais, l’écroulement des pierres monumentales apparaît, pareil à une vision d’Apocalypse, dans un fantastique bouleversement. Les colonnes hautaines de la salle hypostyle s’élèvent plus formidables que jamais. Et là bas, dans un lointain de rêve, les parois des majestueux pylônes ferment la perspective, pareils à de prodigieuses murailles de platine massif. L'impression produite est inoubliable.
Nous descendons des hauteurs du sanctuaire du grand conquérant diospolitain, et nous entrons dans la salle hypostyle. Les jeux de la blanche lumière et des ombres précises donnent, à ce lieu unique, un étrange aspect. On dirait que les bas-reliefs géants s’animent... les dieux et les rois de pierre des colonnes et des parois apparaissent doués d’une vie irréelle... Suis-je en ce moment sur terre ; ou suis-je transporté dans une cité de rêve, dont mes yeux contemplent la troublante vision dont la splendeur accable ?

Il est bien appréciable, à la suite des impressions grandioses ressenties à Karnak, de faire succéder des sensations d’art plus douces, plus mesurées et plus intimes. L’exploration du temple gracieux de Deir-el-Medineh et de l’hypogée d’Amenothep III, suivie de celle de la Vallée mortuaire et mélancolique des Reines, que terminera la visite de la Vallée funéraire des Rois, suivie de celle du palais de Medinet-Habou, sur la rive gauche, va me fournir agréable transition."


extrait de Terre d'Égypte, 1922, par l'abbé Albert Denis qui, participant à "l'expédition militaire de Palestine-Syrie", profita de ses permissions pour visiter l'Égypte. "Ce fut pour lui à la fois une révélation et un éblouissement."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire