dimanche 23 septembre 2018

"Rien n'est plus intéressant que de connaître à fond l'histoire ancienne de l'Empire égyptien" (Jean-François Champollion)

Carte de l'Égypte ancienne et moderne dressée sur celle du père Claude Sicard (1677-1726) par le Sr Robert de Vaugondy (1688-1766)
"Le nom de l'Égypte rappelle de grands souvenirs, et se rattache aux plus mémorables époques de l'histoire. Cette contrée célèbre fut le berceau des sciences et des arts de l'Europe. Plusieurs peuples de l'Orient et presque toutes les nations européennes étaient encore plongés dans les ténèbres de la barbarie, lorsque l'Égypte, parvenue à son plus haut point de splendeur et de gloire, voyait dans son sein des monarques puissants veiller à l'exécution de ses lois qu'avait dictées la sagesse la plus profonde, et des collèges nombreux de prêtres assurer de tous leurs efforts les progrès des lumières et le bonheur des peuples ; et lorsque , sous Psamménite, l'Empire égyptien qui, plusieurs siècles auparavant, avait été ébranlé par les incursions successives des Arabes et des Éthiopiens, fut entièrement renversé par les armes victorieuses des Perses, l'Europe ressentait à peine les effets bienfaisants de la civilisation naissante.
L’Égypte était habitée par un peuple sage, qui ne fut étranger à aucune espèce de gloire. Subjuguée par un conquérant qui lui fit perdre tous ses avantages, en détruisant ses institutions politiques et religieuses ; soumise ensuite par Alexandre, après la mort duquel elle reçut une nouvelle existence ; courbée sous le joug des Romains, conquise par les Arabes, et tombée enfin au pouvoir de la nation ignorante qui la possède encore, elle fut tour-à-tour le théâtre des lumières et du bonheur, de la barbarie et de l'infortune.
Rien n'est plus intéressant que de connaître à fond l'histoire ancienne de l'Empire égyptien. Les temps où il brilla d'un si vif éclat sont déjà bien loin de nous, et cette haute antiquité semble attacher à tout ce qui se rapporte à l’Égypte une espèce de merveilleux, qui affaiblit eu quelque sorte l'admiration et l'intérêt qu'elle excite à un si haut degré. Cependant les monuments gigantesques dont son sol est couvert, ceux que des circonstances diverses ont fait transporter en Europe, attesteront encore aux siècles à venir que les auteurs grecs et latins qui se sont plus à vanter l'antiquité, la sagesse et les connaissances scientifiques des Égyptiens, ne nous ont point fait sur ce peuple des rapports exagérés ou dictés par l'enthousiasme, mais que ce qu'ils en ont écrit est même au-dessous de la réalité.
En nous livrant à des recherches sur les points les plus importants de l'histoire de l'ancienne Égypte, nous avons été soutenus et encouragés par la grandeur du sujet, et, d'après le plan que nous nous sommes tracé, nous avons dû nous occuper d'abord de sa description géographique. Nous avons eu pour but principal de faire connaître ce pays par lui-même : nous avons essayé de rédiger une géographie égyptienne de l'Égypte ; il n'en existait pas jusqu'à présent.
En effet, l'Égypte a toujours été couverte d'un voile mystérieux, et ce n'est qu'à travers ce voile épais que les anciens ont pu en prendre les notions qu'ils nous en ont transmises. Ignorant la langue du pays, et repoussés par les difficultés que les Égyptiens opposaient aux étrangers qui voulaient pénétrer dans leurs provinces, leurs récits sur cette contrée ne peuvent être que peu satisfaisants."


extrait de L'Égypte sous les Pharaons, ou recherches sur la géographie, la religion, la langue, les écritures et l'histoire de l'Égypte avant l'invasion de Cambyse, Volume 1, 1814, par Jean-François Champollion (1790-1832), dit Champollion le Jeune, égyptologue français ayant été le premier à déchiffrer les hiéroglyphes. Il est considéré comme le père de l'égyptologie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire