samedi 13 octobre 2018

"La sérénité exquise de ces deux grandes figures qui ont survécu aux siècles" (Blanche Lee Childe, à propos des Colosses de Memnon)




 
photo de Lekegian
"Je n'oublierai jamais ce retour à travers les champs fleuris, après l'excitation de la journée.
À mesure que nous en approchons, les Colosses, seuls dans cette étendue de verdure, nous frappent de plus en plus. L'impression de sublime tranquillité qu'ils donnent exerce une sorte de magie. Nous sommes fatigués de ruines, de lieux tourmentés, de poussière des morts, d'atmosphères étouffantes de tombeaux, puanteurs de momies, cauchemars gigantesques, et voici la paix, la lumière, la sérénité exquise de ces deux grandes figures qui ont survécu aux siècles. Elles sont là, veillant, les mains sur les genoux, paraissant sonder l'espace jusqu'aux temples lointains de l'autre côté du fleuve.
Il y a vingt siècles, leurs piédestaux s'élevaient à l'entrée de l'avenue de sphinx qui menait au temple magnifique d'Aménophis. Dans ces temps-là, le fleuve n'envahissait pas jusqu'ici et l'allée se déroulait majestueuse, longue d'un quart de lieue.
Aujourd'hui ils sont seuls. Tout ce qu'ils gardaient a disparu. Autour d'eux l’émeraude des prés, la senteur des fèves, la grande ombre portée, fraîche, invitant au repos sous cet auguste patronage, ont remplacé le passé. Derrière, au loin et comme un doux repoussoir, se profitent les murailles roses de la falaise que nous descendions tout à l'heure. On oublie leur dilapidation, - car ces géants sont eux-mêmes la ruine d'une ruine, - mais l'harmonie de leur merveilleux rapport avec ce qui les entoure durera toujours. Est-ce là le secret de leur charme infini ? Je le croirais, car de loin comme de près, vus de tous les points, ce charme subsiste, bien que leurs visages soient presque entièrement mutilés."


extrait de Un hiver au Caire : journal de voyage en Égypte, par Blanche Lee Childe (-). Fille du baron Henri de Triqueti, sculpteur français, mariée à Edward Lee Childe, elle a ses entrées dans les milieux littéraires et artistiques et "a joué un certain rôle dans la reconnaissance de Pierre Loti" (Daniel Lançon, Les Français en Égypte, 2015)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire